seaties

 

numérique

2018

 

Projet de diplôme

Sous la direction de Guillaume Foissac

 

En 2018, la hausse moyenne globale de la mer atteint 3 mm/an.

À ce chiffre s'ajoutent et se soustraient un ensemble de paramètres locaux qui font varier ce chiffre du simple au triple.

 

Si l'accès aux données marégraphiques est un droit, il est aujourd'hui impossible d'accéder à une retranscription lisible et claire

des disparités qui existent sur le globe. Ceci peut laisser penser que

la montée des eaux est uniforme, là où les territoires évoluent

en réalité à des degrés d'urgence très variables.

 

La plateforme Seaties permet d'accéder aux données marégraphiques d'hier et d'aujourd'hui, et à des estimations pour demain.

Elle est imaginée pour les collégiens, qui auront dans 20 ans

le pouvoir d'infléchir des politiques publiques. La vue isométrique permet de visualiser de manière claire un écart de niveau même

très faible, grâce à la juxtaposition.

 

L'idée est de mettre en regard des données qui ne sont pas comparées habituellement, mais également de regrouper des données internationales aujourd'hui dispersées. Enfin, l'importance de faire

le lien avec des actions quotidiennes qui permettraient

de minimiser la montée des eaux.

Guillemette de Brabant

La hausse moyenne globale de la mer est aujourd'hui estimée en fonction de scénarios RCP (Representative Concentration Pathway) déterminés par le GIEC. Il existe 4 projections, et au sein même de chacun de ces scénarios existent un chiffre bas, une moyenne, et un chiffre haut, donnant lieu à 12 chiffres possibles, allant du simple au triple. Et cela n’étant que le calcul réalisé pour obtenir la hausse moyenne globale de l’océan, chiffre auquel s’additionnent ou se soustraient un grand nombre de paramètres liés aux disparités régionales et locales.

EN / FR

© 2019 Guillemette de brabant